Un être humain possède entre 100 000 et 150 000 cheveux, mais environ 40% des hommes souffrent de calvitie au cours de leur vie. Ils perdent ainsi en moyenne 50 000 cheveux au fur et à mesure que leurs crânes se dégarnissent. Ce problème touche aussi les femmes, mais depuis quelques années, il n’est heureusement plus irrémédiable. De nombreuses techniques de microgreffes sont utilisées aujourd’hui par les spécialistes pour pallier la chute des cheveux et obtenir un résultat assez proche du naturel. L’implantation capillaire a connu une nette avancée grâce au perfectionnement des méthodes de microchirurgie qui permettent des interventions indolores. Comment s’effectue la greffe de cheveux ? Quelles sont les nouvelles techniques d’implantation capillaire ?

Comment se déroule l’implantation capillaire ?

L’implantation capillaire est réalisée par un dermatologue spécialiste de la greffe de cheveux. Le principe de cette dernière est d’effectuer un prélèvement sur la nuque ou sur les tempes et de placer les cheveux prélevés sur les zones à traiter. On choisit les cheveux sur les tempes ou la nuque parce qu’ils n’y sont pas sensibles aux hormones et ne tombent pratiquement jamais. Après l’opération, les cheveux repoussent au bout de 5 mois environ. Cette repousse ne se fait toutefois pas avant que le bulbe ne se soit adapté à son nouveau milieu, et il ne faut pas s’inquiéter outre mesure si les cheveux retombent pendant ce laps de temps.

L’état d’avancement de la calvitie définit le nombre de greffes à effectuer et la durée des séances. Cela peut revenir cher, car chaque séance coûte en moyenne 3 000 euros. Il est donc impératif de bien choisir la technique de greffe à utiliser. On compte deux méthodes principales d’implantation capillaire, à savoir la FUT et la FUE. Plusieurs structures spécialisées utilisent déjà ces techniques en France, notamment le Centre Capillaire Bordeaux. C’est un centre de dernière génération qui a été ouvert en fin d’année 2018 au sein de La Confidentielle – Maison d’Esthétique. Il possède aussi en exclusivité en Nouvelle-Aquitaine, le robot « Artas » qui permet la greffe de cheveux par assistance robotisée. En réalisant des implants capillaires à Bordeaux dans ce centre, vous êtes certain d’avoir affaire à des experts.

La FUT (Follicular Unit Transplantation) ou la méthode de la bandelette

Elle est destinée autant aux hommes qu’aux femmes avec une sérieuse calvitie, et sa capacité de couverture est plus importante que celle de la FUE. Elle consiste à prélever horizontalement une bandelette de peau avec cheveux, large de 1 cm et d’une longueur se situant entre 12 et 23 cm. Des microcoupures de la bandelette sont réalisées sous anesthésie locale pour prélever les bulbes.

Ceux-ci sont ensuite réimplantés et répartis sur les zones dépourvues de cheveux. La zone de prélèvement est enfin refermée grâce à des points de suture. L’intervention dure environ 3 heures pendant ce laps de temps, 1 000 à 1 500 implants sont prélevés et transplantés dans les zones dégarnies. Cela équivaut à entre 2 500 à 5 000 cheveux. Environ 90% des spécialistes utilisent cette technique parce qu’elle offre une quantité considérable d’implants de qualité.

Comme effets secondaires, vous pourriez ressentir des tiraillements et un gonflement du front pendant quelques jours. Vous pourriez aussi voir des croûtes se former au niveau des implants pendant environ 10 jours. Un autre inconvénient de cette méthode est qu’elle laisse une cicatrice au niveau de la nuque.

La FUE (Follicular Unit Extraction)

Cette technique est adaptée aux personnes ayant des cheveux clairsemés. Elle est déconseillée aux personnes souffrant de calvitie importante, sauf si elles ont gardé une importante touffe au niveau de la nuque. Le principe est de prélever les bulbes avec un petit bistouri doté d’un micro-punch (diamètre de 0,7 à 2 mm) après rasage de la nuque. Ces bulbes sont ensuite réimplantés sans laisser d’espace entre eux pour apporter une bonne densité à la zone dégarnie. Pour réaliser une FUE, il faut mettre le patient sous anesthésie locale. L’intervention peut durer entre 5 à 10 heures en fonction du nombre de cheveux à enraciner. Le spécialiste place entre 1 500 et 2 500 greffons en une séance.

Comme effets secondaires de cette intervention, vous pouvez noter au niveau des greffons de petites croûtes pendant en moyenne 10 jours. Vous ressentirez aussi des tiraillements qui devraient disparaître après quelques jours. De plus, la nuque reste visible le temps que les cheveux repoussent.

L’avantage par contre est qu’elle ne laisse aucune cicatrice ni entaille au niveau de la nuque. Elle est complètement sans douleur et donne un résultat définitif. Toutefois, son prix est élevé (entre 5 000 et 10 000 euros la séance en moyenne). La FUE peut être pratiquée de deux manières différentes :

  • La FUE automatisée est réalisée en aspirant le bulbe avec un instrument automatique. L’intervention dure entre 3 et 6 heures en fonction du nombre de cheveux à transplanter. Elle n’est pas aussi onéreuse qu’une simple FUE et n’abîme pas les bulbes. Elle pourrait toutefois augmenter le risque d’infection à cause du système mécanique ayant servi à plusieurs patients ;
  • Pour effectuer une FUE sans rasage visible, il faut prélever plusieurs microbandelettes sur la nuque. Cette méthode permet de cacher les zones clairsemées avec les cheveux au-dessus. Les greffons sont ensuite réimplantés sur la zone frontale de façon très serrée avec une aiguille spécifique. À l’arrière par contre, la réimplantation est espacée. L’intervention dure environ 5 heures et la séance coûte 3 000 euros en moyenne. Cette technique rend invisibles les cicatrices au niveau de la nuque, mais le nombre de greffons implantés par séance est faible.

La greffe de cheveux est un moyen très sûr de remédier à la calvitie et la perte de cheveux. Certains effets secondaires peuvent toutefois être ressentis : œdèmes, croûtes, démangeaisons, infections, engourdissements, amincissements temporaires de la chevelure, gonflements, etc. Ces effets peuvent être traités avec des médicaments. Dans tous les cas, les risques liés à une implantation capillaire sont minimes, à condition que l’on veille à être traité par un spécialiste qui respecte absolument les règles en matière d’hygiène.